Jeune salope de voisine à baiser - histoire porno

Les doigts de Laure pompaient sa chatte serrée avec ferveur. Son pied était sur le dessus de la toilette et s'appuyait contre le mur. Son autre main n'arrêtait pas de serrer et de tirer ses seins fermes de 100D. Son jus de chatte couvrait sa main et continuait à couler le long de l'intérieur de ses cuisses. Elle avait maintenant trois doigts dans sa chatte, la paume de sa main massant son buisson noir finement taillé et son clito engorgé.

"Ooooooooh", elle s'est plainte à elle-même. "Je vais jouir.... Je vais jouir maintenant !"

Elle a crié comme son corps tremblait et elle a jeté du sperme de chatte dans sa main. Elle a arraché ses doigts et les a léchés, savourant son propre goût sucré. Quand elle s'est calmée, elle s'est nettoyée les mains, a remis son soutien-gorge, a baissé sa chemise moulante et a redressé sa jupe courte. Elle a regardé le string qu'elle portait avant. C'était absolument trempé. Elle a décidé de ne pas le remettre. Sa chatte aurait bien besoin de se rafraîchir si elle devait survivre aux cours de l'après-midi.

Alors qu'elle sortait des toilettes des dames, elle pouvait voir qu'il était presque temps d'aller à son prochain cours. Elle n'a pas réalisé qu'elle était là-dedans depuis 20 minutes.

"Toi !" Béatrice, sa colocataire est venue la voir. "Où avez-vous disparu ? Je voulais te parler de ce soir."

"Et pour ce soir ?"

"La colocataire de Lance est malade, donc on ne peut pas traîner dans leur chambre. Ça vous dérangerait de vous faire rare pendant quelques heures ? On n'a pas fait l'amour depuis plus d'une semaine et je suis si excitée que je pourrais baiser Aurelien."

Aurelien était le geek résident qui avait un petit problème d'acné. Les filles disaient souvent que peu importe à quel point elles étaient excitées, elles ne le laisseraient jamais s'approcher de leurs chattes. Laure n'en était plus si sûre. Cela faisait un mois que son petit ami l'avait larguée et elle n'arrivait plus à penser clairement. Elle était arrivée à l'université vierge il y a un peu plus d'un an et son ex-petit ami était celui qui avait pris sa cerise et réveillé la bête excitée en elle. Malheureusement, son répertoire s'est vite avéré très limité. Laure l'avait supplié d'essayer de nouvelles choses, de lui donner une bonne baise, mais il avait été satisfait de ce qu'ils avaient et n'avait jamais voulu de changement. Puis, vers la fin de l'été, il avait dit à Laure qu'il en avait marre de la harceler et qu'il avait rompu avec elle. Laure n'avait plus baisé depuis.

A part ses énormes seins, Laure avait toujours l'air très innocente. Elle mesurait 1m60, avec un corps parfaitement féminin, assez de graisse corporelle pour lui donner des courbes et des seins, mais rien de plus que ça. Elle avait une peau blanche et crémeuse et ses boucles noires passaient juste après ses épaules. Le type de mecs qui l'aimaient étaient ceux qui cherchaient une fille pour tomber amoureuse et se fiancer. Laure voulait que quelqu'un lui défonce la cervelle. Elle voulait que quelqu'un l'utilise comme seau à sperme, puis la jette sur le côté et part. Mais elle ne savait pas où trouver un tel type. Malgré sa faim sexuelle à vif, elle était encore assez timide avec les hommes. C'est probablement pour ça que les mecs qui l'ont invitée à sortir ne l'ont jamais touchée au premier rendez-vous, même si elle sentait que ses signaux étaient évidents.

Ce soir-là, Laure s'est retrouvée dans la bibliothèque, mais elle n'arrivait pas à se concentrer sur le papier qu'elle écrivait. Elle s'est connectée à l'intranet du collège et a vu qu'il y avait une seule personne connectée à la salle de chat "Nouvelles connaissances". Elle y est entrée et la personne qui s'appelait "Robert" l'a saluée.

Hé, l'étranger ! Sexe ?

Laure : Oui, s'il vous plaît !

Robert : Je voulais dire, homme ou femme ?

Laure : Femme.

Elle était un peu déçue de cela. Elle sentait qu'elle pouvait être un peu plus provocante et séduisante derrière un surnom de chat. Ils ont bavardé un peu plus longtemps, puis Laure s'est fatiguée de toutes ces bavardages insensés et elle était sur le point de se déconnecter.

Robert : Donc, revenons à la question du sexe...

Laure s'est assise droite. Elle lui a demandé ce qu'il voulait savoir.

Robert : Êtes-vous prêt à le faire ?

Laure : Cela dépend.

Robert : Sur quoi ?

Laure : De savoir si tu veux baiser ou faire l'amour.

Robert : J'ai toujours eu un faible pour une bonne baise.

Laure : Qu'est-ce qui serait une bonne baise pour toi ?

Robert : Se rencontrer dans un endroit sombre, baiser une nana sexy, dans chaque trou, et puis éjaculer partout sur elle.

Laure : On dirait le rendez-vous de mes rêves. Quand est-ce qu'on peut baiser ?

Comment je sais que t'es une bombe ?

Laure : S'il fait sombre, ça n'aura pas d'importance, tout ce qui compte c'est à quel point ma chatte est mouillée et à quel point j'ai envie de bite.

Robert : Alors, tu es prête pour une partie de jambes en l'air anonyme avec moi ce soir ?

Laure : Bien sûr que oui. Où veux-tu qu'on se retrouve ?

Robert : Connaissez-vous le bâtiment anglais ?

Laure : Oui, je n'en suis pas loin maintenant.

Robert lui a donné des instructions pour le trouver et elle s'est rapidement déconnectée et a emballé ses affaires. Sa chatte picotait d'excitation. Elle se sentait comme une salope porno et c'était si bon. Pour la première fois de sa vie, elle était devenue elle-même avec un mec, même si c'était sur l'ordinateur, et maintenant ils allaient baiser. Elle était déterminée à aller jusqu'au bout. Elle a ouvert la porte de la chambre où Robert a dit qu'il était. Il faisait nuit noire. C'était une pièce au sous-sol et n'avait que de très petites fenêtres près du plafond.

"Robert ?" elle a crié.

"Je suis là", l'a-t-elle entendu répondre. "Déshabillez-vous avant d'aller plus loin. Je ne veux pas avoir à m'amuser avec eux."

Elle a fait ce qu'on lui a dit et a laissé ses vêtements en tas sur le sol. Elle se dirigea vers l'endroit où elle avait entendu la voix. Ses yeux s'habituaient maintenant à l'obscurité et elle pouvait voir la silhouette d'un grand homme aux épaules larges. Elle s'est approchée de lui et l'a embrassé sur les lèvres.

"Salut," dit-elle en souriant.

"Salut toi-même !" dit-il en découvrant son corps. "Wow, t'as des seins énormes, bébé, j'adore baiser des nanas avec des seins énormes."

"J'adore baiser des mecs avec des bites énormes", répondit-elle, se sentant rougir, mais ce n'était pas si mal dans l'obscurité. "Puis-je sentir la taille de la tienne ?"

"Sois mon invité."

Laure a attrapé sa ceinture et a rapidement mis son pantalon sur le sol. Ses boxeurs l'ont rapidement suivi et il est sorti d'eux. Laure s'agenouilla et prit sa bite encore molle dans ses mains et courut sa langue sur la tête. Son ex-petit ami ne l'avait jamais laissée sucer sa bite alors elle ne savait pas exactement quoi faire, mais elle a enroulé sa main autour de la base de la bite et a commencé à sucer sa putain de viande dans et hors de sa bouche. Sa langue taquinait la tige qui poussait et elle se laissa goûter à son merveilleux precum. Elle avait tellement faim de lui qu'elle a essayé d'avaler sa bite. Il n'a pas fallu longtemps avant qu'il soit absolument massif. Elle ne pouvait pas voir la taille réelle, mais il était trop épais pour que sa main se referme autour du puits géant, et il se sentait long, au moins 8 ou 9 pouces. Trop tôt, il l'a tirée de lui et sur ses pieds par les cheveux.

"Oh oui, ma petite salope est une merveilleuse suceuse de bites", s'exclama-t-il et lui mordit les mamelons. "Voyons maintenant à quoi ressemble ta chatte. Penche-toi, salope !"

Laure se pencha et elle sentit un doigt glisser dans sa chatte et se déplacer. Il l'a baisée un moment, puis son doigt a glissé et il a commencé à lui masser le clitoris.

"Tu es si mouillé pour moi. Ça t'excite de savoir que tu vas te faire baiser par un parfait inconnu ?"

"Mmmmmmmmm, oui," gémit Laure pendant qu'il continuait à lui faire plaisir.

"Tu crois que ma grosse bite rentrera dans ta petite chatte serrée ?"

"Oh oui," Laure était proche de l'extase maintenant à cause de toutes ses taquineries de clitoris. "Baise-moi s'il te plaît !"

Il a placé sa bite à son ouverture et a commencé à pousser dedans. Laure a eu un orgasme dès que sa tête de bite l'a pénétrée. Elle n'avait jamais imaginé à quel point une bite pouvait être grosse et c'était un vrai bonheur pour elle. Et il n'arrêtait pas de pousser. Elle ne savait pas comment elle le mettait dans sa chatte, tout ce qu'elle savait, c'était que c'était le meilleur sentiment qu'elle avait jamais eu. Elle n'a jamais voulu que ça s'arrête.

Puis il a commencé à se retirer. Lors de la faible protestation de Laure, il a juste ri et s'est retiré presque complètement, juste le bout de sa tête arrêtant son trou de chatte pour se refermer. La douleur du plaisir exquis était insupportable, et une fois de plus Laure eut un mini orgasme. Puis il a poussé en avant avec toute sa puissance, frappant son utérus et lui envoyant des seins rebondissant si fort qu'ils ont failli lui frapper le visage. Avec une prise serrée autour de ses hanches, il a commencé à claquer dans sa chatte affamée. Chaque poussée envoyait ses boules dans son clitoris et la rencontre de la chair faisait les bruits de baise les plus délicieux mouillés.

Au bout d'un moment, il a lâché ses hanches et l'a attrapée par ses seins. Il l'a tirée par les tétons et a commencé à lui embrasser le cou. Il pétrit ses seins tout en suçant et en mordant la peau douce de son cou. Il était si puissant. Elle a essayé de faire face à toutes ses poussées et pourtant elle n'avait aucune chance. Il la baisait si fort.

Au plus profond de son être, Laure devenait de plus en plus grande. Bientôt, elle ne put plus se retenir.

"J'éjacule !" criait-elle. "JE SUIS EN TRAIN DE JOUIR !!!!!!!!"

"Oh oui," lui chuchota-t-il à l'oreille. "Du sperme pour moi, ma petite salope. Du sperme tout autour de ma grosse bite !"

Son corps a convulsé. Elle a écrit dans ses bras. Sa chatte serrait sa bite fort et sa chatte giclait des jus tout autour de son joli fût et le long de ses jambes. Elle a perdu l'usage de ses muscles et était presque une poupée de baise molle dans ses bras. Elle haletait quand il s'est retiré. Elle ne savait pas ce qu'elle aurait pu faire d'autre. Il l'a poussée contre un bureau et l'a fait se pencher dessus. Ses mains ont écarté les joues de son cul et elle pouvait sentir sa grosse bite contre son trou de cul vierge.

"Oh, s'il vous plaît", supplia-t-elle. "Je n'ai jamais fait ça."

"Ne t'inquiète pas, bébé," lui dit-il. "Tu vas adorer sentir ma bite te remplir le cul."

Sa bite dégoulinait de sa chatte et sa tête de bite s'est glissée à l'intérieur avec une facilité surprenante. Laure gémit en se sentant étirée d'une manière inconfortable. Il lui a dit de se frotter le clito et elle l'a fait. Miraculeusement, cela lui a toujours pris l'esprit de la douleur de la baise du cul et la sordidité de toute l'affaire l'a immensément excitée. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle se faisait baiser le cul par une personne qu'elle n'avait jamais rencontrée. Le gars dont la bite s'enfonçait plus profondément dans son cul était quelqu'un qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Oh, ça l'a rendue encore plus excitée !

Peu de temps après, il s'est arrêté et a commencé à se retirer lentement. Puis il a encore poussé. Lentement, lentement, lentement, il a construit un rythme dans son cul et avec son doigt sur son clito, elle a commencé à rencontrer ses poussées.

"Mmmmmmmmmmmmmmmm..." Laure n'a pas remarqué qu'elle gémissait à voix haute.

"T'aimes ça, hein ?" sourit-il. "Tu aimes avoir ma viande épaisse en train de te baiser le cul. T'es qu'une salope ! Maintenant, fais-toi jouir et j'ai un cadeau pour toi !"

Laure s'est frottée plus fort. Bientôt, elle pleurait alors que son corps était pris d'assaut par un autre orgasme. Juste au moment où elle criait, il s'est enfoncé profondément et a commencé à lui tirer dans le cul. Elle sentait son sperme remplir ses intestins et il grognait à chaque giclée. Quand il avait fini de jouir, il sortit de son cul et elle pouvait sentir son sperme sortir de son trou béant. Elle se sentait si sale. Elle se sentait si bien. Il a mis son pantalon et s'est dirigé vers la porte.

"Débarrasse-toi de ton colocataire demain soir. Je viens chez toi à 9 h et tu ferais mieux d'être nue et prête à baiser à nouveau."

"Comment savez-vous où j'habite ?"

"Je sais où tu habites, car je sais qui tu es, Lou. Maintenant, avez-vous compris mes instructions ?"

"Oui, répondit Laure en se demandant comment il pouvait la connaître alors qu'elle avait utilisé son surnom dans leur chat. Elle ne connaissait personne qui avait accès aux surnoms des gens sur l'Intranet.

"Et je veux que toutes les lumières s'éteignent. Laisse la porte ouverte, éteins les lumières et prépare ta chatte pour ma bite !"

Avec ces mots, il s'est enfui si vite dans le couloir que Laure n'a pas réussi à voir son visage. Cela l'a déconcertée. Qui pourrait-il être ? Putain, c'était un sacré coup. Elle ne pouvait pas attendre jusqu'à demain, mais elle n'aimait pas le fait qu'il avait l'avantage sur elle. Sa voix lui avait semblé familière, mais cela pourrait signifier qu'il était n'importe qui qu'elle avait rencontré au cours de l'année dernière à l'université.

Béatrice n'était pas contente d'avoir été jetée hors de leur chambre la nuit suivante, mais elle a dû lui rendre la pareille. Elle était curieuse de savoir qui Laure voyait, mais Laure ne lui parlait pas beaucoup. La vérité, c'est que Laure n'avait pas grand-chose à dire. Elle a marché toute la journée avec une chatte qui coule et elle ne pouvait pas attendre de sentir ce morceau de viande battre sa chatte à nouveau. À 21 h, elle était allongée sur son lit, les jambes écartées, attendant l'arrivée de son ami de baise.

A 9 heures pile, la porte s'ouvrit et se referma rapidement. Il l'a enfermée derrière lui et elle pouvait l'entendre se déshabiller.

"Je peux sentir ta chatte", il a dit. "J'ai juste besoin que tu me suces jusqu'à ce que je sois dur, puis on va baiser."

Il s'approcha d'elle et posa sa bite à moitié dure sur sa joue. Elle s'est mise à le lécher et à le sucer, et c'était dur bien trop vite. Il est monté sur le lit, entre ses jambes, et a placé ses jambes sur ses épaules. Comme il se poussait en avant pour sucer ses seins, il lui a fait soulever son cul du matelas et puis elle a senti son arbre contre sa fente humide. Il n'a pas fallu beaucoup d'efforts, et aucune aide de ses mains, pour que sa tête de bite pénètre en elle. Encore une fois, elle a eu un petit orgasme pour ce sentiment. Il a continué à la pousser jusqu'à ce qu'il l'ait complètement pénétrée. Avec une main de chaque côté d'elle, il a commencé à la pomper. A chaque coup de poing, sa bite s'enfonçait plus profondément. Il s'est cogné contre sa chatte, frappant son clito en arrivant. Elle se jetait la tête de côté. Elle a haletée. Elle pouvait à peine respirer. C'était encore mieux qu'hier soir. Quand elle n'en pouvait plus, elle s'est mise à crier.


"J'éjacule !!!!!!!!!!!!" elle se fichait de savoir qui pouvait l'entendre, et quelques rires de l'extérieur indiquaient qu'un bon nombre de personnes l'avaient entendue. Elle a tremblé violemment comme sa chatte a saisi sa bite dur et il a continué à la baiser.

Quand elle a eu fini de jouir, il l'a sortie de son lit et l'a sortie du sien. Il la pressa contre le mur et l'embrassa profondément, dévorant sa bouche. Puis il s'est penché vers le bas et s'est agrippé à ses cuisses et s'est enfoncé à nouveau profondément en elle. Il l'a baisée contre le mur, si fort que des livres ont commencé à tomber des étagères.

Ils haletaient tous les deux fort et fort et bientôt Laure a dû céder à un autre orgasme. Elle avait à peine fini de jouir quand il l'a soulevée de ses hanches et l'a mise au sol.

"A genoux", ordonna-t-il. "J'ai besoin que tu me suces à sec !"

Elle a suivi son ordre et a ouvert la bouche. Elle pouvait se goûter comme elle suçait sa bite et caressait ses couilles remplies de sperme. Il a saisi sa tête et s'est enfoncé profondément dans sa bouche et a commencé à tirer sur sa charge. Une fois dans sa gorge. Une fois dans sa bouche. Puis il se retira et plaça ses derniers jets sur son visage et ses seins.

"Putain de merde, salope !" Il s'est exclamé. "Ma bite n'en a jamais assez de tes trous affamés."

"Je me sens si bien", Laure a accepté. "Quand est-ce que je pourrai encore te baiser ?"

"Je n'en ai jamais assez de ma grosse bite, hein ?"

"Tu le sais bien. Fais-moi savoir qui tu es pour qu'on puisse se revoir et baiser à nouveau."

"Tu n'as pas besoin de connaître mon nom pour prendre mon sperme. Tu as juste besoin d'être une salope consentante. Demain soir, même heure, même endroit qu'hier."

Elle était déçue de ne pas savoir qui il était. Elle était déçue qu'il ne semble pas vouloir avoir quoi que ce soit à voir avec elle à part ces séances de baise dans le noir. Mais ça devrait faire l'affaire. Elle avait tellement appris ces deux dernières nuits et elle était impatiente de sentir sa viande dans sa chatte à nouveau. C'était tout ce sur quoi elle avait fantasmé et plus encore, et pourquoi tout gâcher en devenant collante ?

Laure était assise par terre, son sperme était encore sur son visage et ses seins quand il a ouvert la porte et a disparu. Elle a entendu des voix.

"Salut Pierre !" dit la voix qui appartenait à l'homme dont la bite venait de lui faire sauter la cervelle.

"Bonjour Aurelien !" répondit une voix avec un accent français.

Aurelien ? Acné Aurelien ? Ce n'est sûrement pas possible ? Mais Acne Aurelien avait accès au système informatique du collège.... Et tout à coup, elle s'est rendu compte pourquoi la voix de "big cock" comme elle l'appelait dans sa tête lui paraissait si familière....