La fille de ma femme est une salope - histoire de cul

C'était une soirée régulière alors que je regardais la télévision avec ma nouvelle femme, sa fille et une aventure à laquelle je n'étais certainement pas prête. C'est une description rapide et j'espère que vous l'apprécierez !

Ma femme, sa fille Aline de 20 ans et moi regardions la télévision, mais Magalie s'intéressait davantage au livre qu'elle lisait, jetant à peine un coup d'œil à la télévision. Je surveillais sa fille très attentivement. Les premières minutes j'avais l'esprit perdu dans la chaude soirée de la veille avec ma femme. Levrette, missionnaire, sodomie, pipe et cunnilingus, on avait passé 1 heure de sexe incroyable. J'avais hâte de recommencer à la faire jouir. Aline savait que je la surveillais et elle trouvait sans doute cette expérience très excitante. Elle me regardait, voyant que je me concentrais entièrement sur son entrejambe et que j'ouvrais un peu plus grand ses jambes et que je déplaçais son bassin un peu plus loin sur la chaise, exposant davantage sa culotte blanche en coton. Marie était à ma gauche, alors j'ai placé un coussin sur ma jambe gauche et je me suis appuyé dessus avec mon avant-bras gauche, cachant habilement ma propre fourche. Quand j'ai revu Aline me regarder, j'ai caressé ma bite dure avec ma main droite. La forme de ma bite était clairement dessinée dans mon pantalon court car je ne portais pas de sous-vêtements. Aline a regardé ma main caressant mon organe dur... et a rapidement détourné son regard, visiblement un peu gênée, puis elle est revenue pour s'assurer que ce qu'elle voyait était réel. Je lui fis un sourire sournois et elle rougit et détourna à nouveau le regard. Nous avions déjà joué à ces jeux dans le passé, mais cette fois-ci, j'étais déterminé à faire un pas de plus.

Je suis devenu encore plus dur en caressant ma bite et surtout quand j'ai vu la tache sombre d'humidité grossir sur la culotte d'Aline. Elle ferma les jambes, puis déplaça son derrière pour me faire face, ouvrit ses jambes encore plus grandes, surveillant sa mère pour s'assurer qu'elle avait toujours le nez enfoui dans son livre. J'ai pris un risque et j'ai glissé ma bite raide hors de la jambe de mon short et l'ai caressé sur toute sa longueur en tirant mon prépuce vers l'arrière pour exposer ma tête humide et brillante... alors qu'Aline se retournait pour me regarder encore. Sa mâchoire est tombée et a rougi de nouveau, mais avec des lèvres légèrement écartées comme si elle haletait, comme si elle regardait mon poing caresser... mon poing sur mon poteau très rigide. Je savais que je ne m'en sortirais pas avec mon exhibitionnisme plus longtemps et en regardant Aline droit dans les yeux et avec un clin d'oeil j'ai glissé ma bite en arrière et en me levant, j'ai annoncé à la fois à ma mère et à ma fille que j'étais fatigué et j'allais au lit.

Au lit et en caressant lentement mon membre engorgé, j'ai rejoué les événements de la soirée. J'étais excité par cette jeune femme depuis qu'elle et sa mère ont emménagé avec moi après notre mariage, mais je n'avais jamais auparavant démontré mes sentiments de quelque façon que ce soit. Ce soir-là, Aline avait l'air plus sexy que je ne l'avais jamais vue auparavant. Elle portait une jupe ample très courte et un débardeur qui, lorsqu'elle a été portée sans soutien-gorge comme elle l'avait été, montrait à la perfection ses seins en développement et ses mamelons en fleur. Il n'y avait aucun doute dans mon esprit qu'à partir du moment où nous nous sommes assis après le dîner pour regarder la télévision, elle se montrait à moi. C'est sur cette base que j'ai décidé de prendre le risque et de mettre en scène ma performance exhibitionniste. Je me demandais si elle avait remarqué mon désir pour elle ou si elle était simplement attirée par moi quand Marie est montée dans le lit à côté de moi. Elle a attrapé ma bite et l'a trouvée en pleine érection, elle s'est excusée de m'avoir fait attendre, m'a montée et m'a baisée jusqu'à ce que j'arrive au fond d'elle. La seule chose qu'elle ne savait pas, bien sûr, c'est que j'avais pensé à sa fille et non à elle, car on a baisé pendant presque une demi-heure !

Je me suis réveillé le lendemain matin avec des images de l'entrejambe couverte de culotte d'Aline dans ma tête et en allant directement dans la salle de bain, j'ai trouvé sa culotte dans le panier à linge. J'ai trouvé une paire que je savais être la sienne et j'y ai masturbé un gros chargement de sperme, couvrant le sperme blanc séché qu'elle avait déposé la veille au soir. Notre arrangement était que nous faisions tous notre propre lessive, alors j'imaginais déjà ce qu'elle ferait en voyant sa culotte maintenant enduite de mon sperme aussi ! La question était de savoir si elle allait se laver plus tard ce matin ou quand exactement.

C'était un samedi matin, alors nous avons tous déjeuné ensemble avec Aline en me jetant un regard timide et la discussion autour de la table était sur la façon dont nous allions passer la journée. Magalie a annoncé qu'elle n'avait plus qu'à aller acheter de nouveaux vêtements et a demandé à Abby si elle voulait se joindre à elle. Abby, d'abord en me regardant, puis en regardant sa mère, elle a dit qu'elle avait dû rattraper son retard scolaire pour ne pas pouvoir y aller. J'avais un certain nombre d'emplois d'entretien ménager qui nécessitaient mon attention. Avec des baisers partout, Magalie est partie faire ses courses, laissant Aline et moi seuls, les deux se sentant un peu mal à l'aise. J'ai regardé Aline et j'ai décidé qu'elle n'allait rien dire au sujet de la soirée, alors j'ai dit que je devais sortir pour réparer une fenêtre qui permettait à l'air froid d'entrer cet hiver dernier. Aline m'a ensuite surprise en me disant qu'elle allait se baigner dans ma piscine et bronzer un peu et qu'elle ferait ses devoirs plus tard. Cette décision était certainement conforme à mes plans et j'avais hâte de la voir dans le maillot de bain qu'elle voulait (ou ne voulait pas) porter. 

La fenêtre que je devais fixer faisait face à la piscine et Aline n'a pas tardé à sortir avec un bikini si petit qu'il couvrait à peine ses seins (ou même ses mamelons d'ailleurs) ou son tertre pubien. Je n'arrivais pas à croire mes yeux qu'elle se montrait encore une fois à moi. Elle a plongé dans la piscine et quand elle est sortie.... J'ai failli venir sans même me toucher. Son bikini était devenu presque transparent avec ses mamelons durs tendant le matériel du dessus et ses lèvres gonflées de chatte clairement définies par le matériel blanc humide. Elle s'allongea sur sa serviette, les jambes vers moi et se sépara pour que je puisse voir clairement les bords de ses lèvres de chatte rasée. La tête légèrement allongée sur le côté, elle m'a souri en me séduisant. Je n'avais absolument aucune idée de la façon de gérer la situation alors sachant qu'elle semblait avoir apprécié de voir ma bite ... . . Je me suis retourné pour lui faire entièrement face, j'ai fait une petite pause, puis j'ai retiré ma bite de mon short.

J'étais dure comme un roc quand j'ai regardé son corps et que j'ai commencé à fisting mon arbre. Elle a regardé ma bite sans cligner des yeux pendant que je continuais à me masturber devant elle. Quand mon sperme pré-éjection a commencé à s'écouler, je l'ai utilisé pour enduire ma bite pour la rendre plus glissante et j'ai vraiment commencé à saccager pour de bon. Aline a continué à me fixer avec la même bouche haletante et l'expression ouverte qu'elle avait hier soir. Je l'ai regardée droit dans les yeux, j'ai souri, puis j'ai regardé ma bite en bas en lui donnant les derniers coups pour pousser mon sperme à éclater. Quand j'ai tiré ma première charge sur la pelouse, j'étais debout sur... elle a regardé avec un regard presque choqué alors que ma ficelle de sperme était suivie d'une deuxième charge énorme. Je me suis pompée jusqu'à ce que je sois sèche et Aline s'est soudainement levée et a trotté dans la maison, sa serviette enroulée autour de sa taille.

Devinant qu'elle était dans un état d'excitation élevé, je l'ai suivie dans la maison. Elle était entrée dans sa chambre, laissant la porte légèrement ouverte. Je l'ai vue sur le dos sur son lit, totalement nue, en train de doigter sa chatte de jeune femme à la folie. Ses yeux étaient bien fermés et ses hanches se tordaient jusqu'à ce que son doigt heurte son trou. Elle s'est mise à gémir et a ouvert les yeux, regardant droit dans les miens, alors qu'elle se dirigeait vers un climax impressionnant, se tortillant et haletant, couverte de sueur. J'ai souri et je suis parti, ne sachant vraiment pas comment gérer la situation. Je suis allé m'asseoir dans le coin petit-déjeuner et j'ai ouvert une bière froide et en sirotant, j'ai réfléchi à ce qui se passait.

Aline avait certainement été excitée par mes bouffonneries et ne s'était pas donné la peine que je l'aie vue se masturber, mais est-ce que cela signifiait que je pouvais aller plus loin ? Est-ce que ça voulait dire que je pouvais la baiser comme je le voulais désespérément ? Interrompant mes pensées, Aline est entrée et s'est assise à côté de moi, portant un T-shirt blanc et apparemment rien d'autre et a pris la bière et a pris une longue gorgée. J'ai ouvert la conversation en lui demandant si elle avait aimé me regarder me masturber.

"Oui, dit-elle, j'ai vu des gars le faire sur le web... mais pour de vrai... ça m'a tellement excité que je n'ai pas pu m'arrêter" et elle m'a ensuite très timidement demandé, "Aimez-vous me regarder ?"

"Bien sûr, répondis-je, j'ai tellement aimé ça... ça m'a rendu difficile à nouveau. Changeons de place une minute et je vais prendre quelque chose dans le placard." Je suis sorti de la banquette dans le coin et je suis allé à l'armoire de cuisson et j'ai pris une bouteille d'huile végétale et je l'ai ramenée pour la placer devant Aline. Elle était assise sur le bord du coussin et regardait avec des yeux curieux. "Tu veux me regarder tirer à nouveau ?" J'ai demandé.

"Mmmm... oui... oui" dit-elle en regardant tranquillement ma taille et avec ça j'ai sorti ma bite en érection de mon caleçon. Après avoir obtenu sa permission, j'ai recommencé à caresser tout en étant scrutée par son regard pénétrant. Il y a quelque chose de spécial à se masturber devant une femme . ... et vu la différence d'âge, j'ai dû me retenir de relâcher ma charge... ... beaucoup trop vite.

"Fais-moi voir tes nichons, Aline", ai-je suggéré alors que mes doigts bouclés continuaient leur lente course le long de ma tige raide.

"Tu me fais me comporter de façon méchante aujourd'hui, n'est-ce pas ?" demanda-t-elle. J'ai hoché la tête et peu de temps après, elle a relevé son T-shirt pour que je puisse voir ses seins nus et l'intersection humide en dessous. J'ai bougé ma main gauche vers le bas vers la sienne et me suis penchée légèrement vers le haut de sorte que je puisse déplacer ses doigts à sa chatte humide nu. Elle sourit et commença à jouer avec son chaton d'une main, puis, lentement, elle eut le courage et le désir... ... commença à pincer doucement ses mamelons roses raides avec l'autre. Ce qui m'excitait, c'était qu'elle regardait alternativement dans mes yeux et ensuite de nouveau ma bite rigide en train de tendre sa peau.

"Est-ce qu'un garçon t'a déjà donné un spectacle comme celui-ci ?" J'ai demandé à me rapprocher un peu plus pour que ma tige soit à moins d'un pied de sa bouche. 

"Pas vraiment.... et je suppose que quand je commence à sortir avec quelqu'un... si maman me laisse un jour... Je pourrais être déçue de la taille des bites des garçons de mon âge... par rapport au gros lot que vous avez entre les mains," dit-elle avec un sourire... .... commence à rouler et à tordre ses bourgeons de façon plus urgente.

"Utilisons ce matin comme leçon numéro un.... d'accord ? Je vais vous mettre au volant et vous montrer quelque chose que tous les garçons apprécieront que vous fassiez pour eux. Tout d'abord, débarrassons-nous de votre T." Je n'en pouvais plus et sans prévenir, j'ai tendu la main et tiré son T au-dessus de sa tête, la laissant nue et bouffie, les mamelons bouffis dur avec excitation.

"Je veux que tu ouvres la bouteille d'huile devant toi, que tu verses une cuillère à café sur ta main et que tu te frottes les mains, les rendant toutes glissantes." Aline sourit et, alors qu'elle s'approchait de la bouteille, ses nichons se tortillaient légèrement et ma bite dure comme un roc se mettait à palpiter encore plus. Elle versa consciencieusement l'huile dans sa paume mais laissa couler le liquide un peu plus longtemps que je ne l'avais suggéré. Elle s'est excusée et, en me regardant, elle s'est frottée les mains glissantes jusqu'à ce qu'elles soient entièrement recouvertes.

"Ne gaspillons rien... Prends une main et frotte l'huile sur toute ta poitrine et fais-la briller." Elle secoua la tête avec incrédulité à ma suggestion, mais presque hypnotisée, elle se coupa la poitrine et la polit avec l'huile, puis se dirigea vers son compagnon et fit la même chose.

Regarder ses seins brillants m'a presque fait jouir et j'ai dû arrêter de caresser.

"Excellent", j'ai dit. "Enroule doucement tes doigts autour de ma queue et bouge ta main de haut en bas comme je le faisais." De toute évidence, Aline n'avait jamais touché la bite d'un garçon ou d'un homme avant, alors elle a provisoirement couvert la tête de ma bite avec ses doigts et les a laissé se refermer doucement. Puis, tout en gardant une certaine pression, elle a commencé à glisser facilement vers le haut et vers le bas de ma perche.

"Est-ce que je le fais bien ?" demanda-t-elle en me regardant dans les yeux. Elle avait la langue légèrement tendue, faisant de son mieux pour apprendre à donner à un homme une glorieuse branlette. J'ai hésité à répondre pendant plusieurs secondes car elle continuait à couvrir entièrement mon manche avec de l'huile et bientôt le liquide coulait sur mes couilles aussi.

"Vous vous en sortez très bien... mais vous devez vous préparer pour l'apogée qui aura lieu très bientôt. Je vais me pencher un peu plus près de toi et je veux que tu remontes un peu tes épaules et que tu pousses ces magnifiques seins d'adolescentes vers moi."

"Vraiment," dit-elle en riant... mais comme je m'approchais assez près pour toucher son visage avec ma bite, elle suivit mes instructions et ses seins furent bientôt sur l'écran rougeoyant.

"Commence à bouger lentement ma bite sur tes seins et surtout tes petits mamelons raides." Aline a orienté mon long manche vers ses bourgeons raides... d'abord le sein droit, puis le sein gauche et même la légère intersection entre les deux. J'ai dû serrer les dents pour ne pas éjaculer pendant qu'elle continuait.

"Dis-moi ce que tu veux que je fasse", lui ai-je demandé en un clin d'œil.

"Je veux que tu filmes tes affaires... C'est exactement ce qu'elle est déterminée à faire.

"Essayons encore une fois... et dis-moi des cochonneries, Aline... qu'est-ce que tu veux vraiment que je fasse ?"

"Je ne crois pas que je dis cela, mais je veux que vous utilisiez cette grande bite pour vaporiser vos nichons de votre sperme chaud ! et c'est exactement ce que j'ai fait dès qu'elle a fini. En dépit de se masturber une heure ou deux plus tôt, ma bite est devenue une borne d'incendie sans fin et a pulvérisé des cordes continues de sperme partout sur ses mamelons et ses seins et vers la fin, elle l'a même dirigée vers son visage et ses lèvres. Debout dans une position pour voir l'allée, j'ai vu ma femme Magalie tirer sa voiture dans le garage.

"Chérie, ta mère est à la maison. Va dans ta chambre et prends une douche tout de suite. Je vais essayer de me ressaisir et de continuer à travailler sur cette fenêtre. Des secondes, quelqu'un ?